vendredi 14 mars 2008

Les coin de l'eau

Un truc fameux à Nancy, c'est le quartier Meurthe-Canal, avec comme donjon, réduit, forteresse, le Kinépolis. Il y a peu, monsieur Baptiste me demandait des nouvelles de la ville qui l'a accueillit, il y a quelques années, Nancy. Et du quartier Meurthe-Canal.

Qu'est-ce que tu voulais que je lui réponde? A ce niveau de normalisation, il n'y a plus rien à dire. Des grandes rues droites sans intérêt, entre des tranches d'immeubles construits en quelques mois, et donc, identiques. Avec des petits gens fatigués, des petits gens ternes, des petits gens sans relief. Les nouveaux habitants du quartier vont bien avec les immeubles.

Je ne sais pas ce que ça doit donner, après, mais pour l'instant, on a par endroits l'impression que les immeubles sont un mauvais prétexte pour faire des parkings autour. Le Kinépolis, en particulier, est un chouette résumé de l'ambiance générale: un bloc de loisirs gris, précédé d'un immense parking, que surveille une caméra. Un arbre et demie, calibré aux standards du quartier. C'est un quartier orwellien.

Tu vois, l'ami Baptiste, tu vois, y'a plus grand chose à dire sur ce quartier. Il est mort. Pire, mort-vivant. Putain de zombies. Je vais en faire quelques images, encore, parce que ses marges sont comme en guerre en attendant les grues, et il y a des choses à raconter sur cette guerre, perdue d'avance, entre une ville qui avait encore un visage, même si elle était ville, et qui résiste, et ces armées de béton lisse, qui avancent rapidement. Le no man's land entre les deux témoigne de la rage désespérée de la pierre inégale à survivre; et puis on passera à autre chose.

1 commentaire:

monsieur Baptiste a dit…

no comment...

blourg...


merci (enfin tu vois quoi...)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...